Choix d’interprétation d’un sujet – le gros et le maigre

Gros dilemme ! Reprenons l’exemple d’un sujet sur « La mécanique cardiaque ». On a le choix entre une interprétation « maigre » du sujet (juste le démontage du cœur dont on décrit les propriétés mécaniques qui en font une bonne pompe) ou une interprétation « grasse » (toute la mécanique, plus le fonctionnement des cellules, plus le tissu nodal, plus donc toute la coordination des cellules, plus le contrôle par le système nerveux, etc… etc…).

Dans le premier cas, on se donne le temps de bien traiter les choses, mais on prend le risque de se voir reprocher de ne pas tout traiter. Dans le second cas on couvre tout le sujet, mais on prend le risque de n’être que superficiel. Alors que choisir ?

C’est très facile : il vaut mieux choisir l’interprétation « maigre ». Dans les deux cas on nous reprochera quelque chose (en avoir dit trop ou pas assez) ; en revanche, dans le cas « maigre », au moins, ce qui est fait est bien fait. Et puis, dans la version « grasse », vous êtes certains de ne pas avoir le temps de finir… Le choix devrait être évident.

Et pourtant vous semblez toujours préférer la version « grasse » ! Pourquoi ? Je pense que c’est à cause d’une vision encore trop quantitative de la matière que vous étudiez. Ce n’est pourtant pas la quantité de SVT ingurgitée, qui compte. Ce qui compte, c’est la science que vous y mettez. En faire peu vous semble être un défaut, alors qu’il n’en est rien. C’est faire médiocre qui est un défaut.

Ce qui compte vraiment, c’est qu’à la fin ce soit le cerveau qui gagne ! Et si vous voulez que l’on apprécie au mieux votre cerveau, vous devez vous donner les moyens de montrer ce dont ce cerveau est capable.

Alors, bien entendu, il ne faudra pas oublier de citer ce qui n’est pas traité et surtout, surtout, SURTOUT, bien justifier son choix. Annoncer dès l’introduction que l’on a été conscient de l’alternative et que l’on a choisi délibérément.

En revanche, si vous vous sentez léger sur le sujet. Il vaudra peut-être mieux tenter de masquer la misère en faisant un exposé « grosse vache – tous azimuts »… mais il est à craindre que ça ne trompera personne.

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s