Corps cellulaire et intégration nerveuse

Un sujet très classique, bien entendu. Quelques petites idées.

Un neurone a pour métier (i) d’intégrer les informations qui lui parviennent, (ii) d’élaborer des signaux nerveux caractéristiques, des potentiels d’action, (iii) de propager ces potentiels d’action et (iv) de stimuler des cibles au moyen de synapses. Le corps cellulaire réalise les deux premières activités.

1. Le corps cellulaire détecte l’activité des synapses. Ça, c’est à cause des récepteurs aux neurotransmetteurs qu’il a. Récepteur à ACh, ou au GABA, ou d’autres. Il en résulte des PPS. Ce peuvent être des PPSE ou des PPSI, et cela dépend de la nature de la transduction effectuée par le récepteur.

2. Le corps cellulaire réalise une intégration de tous ces signaux. Le corps cellulaire collecte (merci à Maréva pour le terme) ces signaux vers le cône d’implantation, au moyen de trois modalités : (i) sommation spatiale, (ii) sommation temporelle, et (iii) propagation décrémentielle du signal. Le corps cellulaire est donc un véritable analyseur d’informations. Le résultat est un signal codé en amplitude.

3. Le cône d’implantation élabore le (ou les) potentiels d’action, résultat du travail d’intégration du corps cellulaire. Ceci se fait grâce aux canaux Na et K sensibles à la tension, abondants dans cette zone, et responsables de la naissance des PA. D’autres populations de canaux (canaux K+ précoces et canaux K+ sensibles au calcium) permettent d’assurer la TRADUCTION d’un signal codé en amplitude en un signal codé en fréquence.

Vive le corps cellulaire. Il est ‘achement fort le corps cellulaire… et tout ça, c’est essentiellement grâce à son équipement protéique membranaire : récepteurs en aval des synapses, absence de canaux sensibles à la tension dans les dendrites et le corps cellulaire, présence de ces même canaux dans le cône d’implantation, présence de canaux permettant le codage en fréquence, etc…

Il pourrait alors être intéressant d’analyser la manière dont ces protéines précises sont réparties dans la membrane : pourquoi certaines sont-elles là où elles sont et pas ailleurs ?

PS : j’ai modifié le film de la présentation sur les hormones, pour y intégrer mon petit exposé sur les récepteurs…

Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s