Histolyse, Histogenèse et Remaniement : un grand classique

Retour sur les exemples à connaître au sujet de la métamorphose de la Grenouille. Les transformations qui s’opèrent lors de cette métamorphoses peuvent être considérées sous deux angles différents :

Sous l’angle de l’échelle d’observation : 

Des transformations d’organes : pattes, nageoire, poumons…

Des transformations de cellules, de tissu : remaniement des muscles, de l’intestin

Des transformations biochimiques : hémoglobine, cycle de l’urée, albumine…

Des transformations génétiques : reprogrammation du génome lors de la métamorphose avec action d’hormones sur la différenciation cellulaire.

Sous l’angle de la nature de la transformation (à l’échelle des tissus) :

Ce que l’on attend forcément de vous dans un tel sujet, c’est ce fameux (!) triptyque : Histolyse, histogenèse, remaniement.

Destruction d’une structure existante : HISTOLYSE.

Un bon exemple à donner est celui de la queue du têtard.

Le phénomène est sous contrôle hormonal. Grossièrement, l’action de T3/T4 aboutit à la production de collagénase par les cellules (enzyme hydrolysant le collagène des matrices extracellulaires).

L’affaire se fait en trois temps :

  • 1. Action de la collagénase : le collagène est détruit, les cellules se dissocient
  • 2. Apoptose : les cellules ayant perdu leurs repères, leurs voisines, se sacrifient par apoptose.
  • 3. Nettoyage : les macrophages liquident l’ensemble en ingérant/digérant les corps apoptotiques résiduels laissés sur place.

Création d’une structure nouvelle : HISTOGENÉSE.

Ici, l’exemple est également très facile : la formation des pattes. Une patte, c’est essentiellement de l’os et du muscle : on pourra alors décliner ce que l’on sait sur la mise en place et la croissance du tissu osseux, ainsi que sur la différenciation des cellules musculaires.

Modification d’une structure existante : REMANIEMENT.

On pourra parler de la transformation de l’intestin qui accompagne le changement de régime de l’animal (têtard herbi/omnivore et grenouille carnivore).

Dans l’intestin de têtard, sous l’épithélium (voir illustration ci-dessus) des massifs de cellules souches (= cellules intersticielles) sont en quelque sorte tapies en embuscade.

Intervient alors le double mécanisme de prolifération à partir de ces cellules intersticielles à caractère embryonnaire et d’apoptose des cellules de l’ancien épithélium qui sont ensuite évacuées par voie digestive.

Ces phénomènes d’histolyse, histogenèse et remaniement doivent absolument être connus.

Article précédent
Poster un commentaire

1 commentaire

  1. crapaud

     /  4 avril 2014

    c’est tellement intéressant .. et tellement clair que ça se lit comme boire de l’eau à la source…. tu es LE professeur…
    Signé d’un amour éternel

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s